Asteggiano is a painter

Conférence de Presse - 22 mai 2002
de
Innocence En Danger
Press Club de France - 8, Rue Jean Goujon – 75008 Paris
Caroline Benarros:

On voulait vous présenter Dominique Asteggiano qui est artiste peintre

Dominique Asteggiano:

Bonjour, je suis un peu différente de tout le monde ici. Je suis embêtée d'être là mais j’y suis à la demande de Innocence en Danger parce que je trouve qu’on fait beaucoup de lois qui ne sont pas appliquées et que cela est assez désespérant.

Je vais vous raconter une petite anecdote : Un jour, Dali est allé voir Picasso. Picasso venait de peindre « Guernica. » et Dali lui a dit : « C'est toi qui a fait ça ? » Picasso a répondu : «Non ce n'est pas moi, c'est vous ! » Et moi, j'ai fabriqué une installation pour que les gens soient  « un tout petit peu » choqués par tout ce qui se passe.

Moi, je ne connaissais pas l'existence de CD-Rom, jusqu’à la lecture de «Le livre de la Honte. » J'ai été très choquée. Aujourd'hui, j'ai été très mal quand j'ai vu les photos. Je crois que toutes ces choses-là devraient circuler pour que les gens se mobilisent.

Mon installation est une grande pièce de 35 m ² faite de poupées de chiffon à moitié détruites et de nounours. Tous les jours, j'en ajoute une alors que je rêve de les enlever progressivement et que finalement la pièce devienne vide. Mais tout seul, on ne peut pas et on compte sur des politiques. C'est bien !… mais il faudrait aussi que chaque parent briefe son gosse. Il faudrait que tout le monde en parle, qu'on enlève ce tabou, que les gosses se protègent tout seuls parce que personne ne le fait, même leurs profs les foutent dans des problèmes incroyables ! Il y a des affaires qui éclatent un peu partout et si je suis là, c'est pour cela. Je ne pouvais pas vous amener mon installation donc j'ai amené un tout petit exemple : un nounours qui a accepté de prendre un bonbon qu'on lui tendait ; le piège tout bête !

Asteggiano - Nours pendu et voila !

C'est une chance incroyable qu'aujourd'hui une conférence de presse ait lieu. Chacun sait que la presse c'est quand même le 5 ème pouvoir ! On a des hommes politiques mais peut-être que par les journaux, on peut parler davantage et convaincre. Et finalement toutes ces poupées finiront par sortir de l'installation et finalement on retrouvera peut-être le pouvoir de dormir tranquille la nuit et « le Minotaure » arrêtera de bouffer les gosses… le vôtre ! ... Enfin !!

Ce n'est pas une utopie mais il faut s'y mettre tous.

************