En travaux
Partagez sur
signature..INSTALLATION

Les enfants à l'expo:


N.B.
Si les frimousses ne sont pas floutées sur cette vidéo c'est, qu'
à présent, les enfants sont grands!



Parce que:

Note importante:

L'adresse IP de toute personne utilisant des mots-clé suspects pour se connecter à ce site sera immédiatement communiquée à:
judiciaire@gendarmerie.defense.gouv.fr   
 

La Planète Bleue : jour ensoleillé d’août 2007


chpaf" sam et théo"
Interview sur l'installation
par Valérie Salva de Villanueva
Galerie VEKAVA Art Contemporain Paris
Lettre ouverte

Objet : Parce qu'au regard des média, nous sommes à l'heure où les sacs Machin, les ceintures Truc, les montres Chose... sont, sur  
cette planète, nettttemmman mieux protégés que n'importe quel enfant que l'on envoie joyeusement à une mort certaine dans une
"valise diplomatique"!!!


Présentation d’une installation pédagogique d’utilité publique.
C’était  l’époque où la radio annonçait que l’on venait de retrouver un enfant  « sans vie (!!) dans un terrain vague » (s’il n’y avait 
que les terrains pour être « vagues » !!) ; dans un quartier de Bordeaux, un pôv’type venait d’assassiner un môme (pour rézondecu).

Ce gamin était un de plus dans la liste des victimes d’obsédés tarés.
Peintre plasticienne, j’ai le privilège aujourd’hui, de vous présenter le book de l’installation pédagogique d’utilité publique:

Le Droit de dire : "NON" à un adulte
parce qu’il y a parfois des Devoirs de Désobéissance. 


que j’ai fabriquée afin, en tant qu’artiste, de prendre part à la grande cause que représente la Protection de l’Enfance.
Parce qu'aujourd'hui on parle de "développement durable", sans trop savoir en quoi cela consiste, parce que la planète bleue a tendance à devenir verte, je ne pense pas mes propos déplacés en affirmant que le développement le plus "durable" serait de laisser les enfants grandir en paix afin de leur donner la chance d'être les adultes de demain.
Cette installation est donc destinée à tous afin de favoriser le développement le plus durable qui soit des enfants de la planète.

Artiste, j’ai choisi de me situer en amont afin de tenter de faire diminuer le nombre de « ces » victimes dont tout le monde parle en essuyant une larme d’un coin de kleenex. Parce que, lorsque l’enfant devient sujet des média de tout poil, il est déjà trop tard,
je reste convaincue que la meilleure forme de prévention est d’informer les enfants ainsi que leurs parents.

( Mes motivations et ma démarche se trouvent dans les documents au bas de ce courrier. )

Si l’exposition de cette installation peut être l’objet d’une approche de l’Art Contemporain, elle a, avant tout, été réalisée dans le but de prévention par l’information ; contre les réseaux pédophiles sur Internet et la pédophilie en général,
Le meilleur défenseur de l’enfant, c’est l'enfant lui-même ; mais pour pouvoir se défendre, il faut connaître ses ennemis! Rares sont les enfants qui savent les dangers que peut représenter la sympathique petite souris de leur ordinateur, tellement docile au creux de leur main, rares sont ceux qui connaissent les règles de sécurité indispensables pour surfer tranquille : « les Devoirs de Désobéissance ».

Pendant la journée des Droits de l’Enfant en novembre 2003, « Le Droit de dire : « NON »… » a  été présentée à Paris XIè avec 
l’association Innocence en Danger puis au Bolchoï à Moscou lors d’une soirée de Gala pour cette même association.
En décembre 2003, cette installation a été exposée aux Chartrons à Bordeaux sous le patronage de Monsieur Alain Juppé, 
Maire de Bordeaux, et en partenariat avec le Conseil Général de la Gironde ; de nombreuses écoles maternelles et centres de
loisirs  sont venus la voir.
En parallèle, à Talence, au Château de Thouars, sous le patronage de Monsieur Alain Cazabonne, Maire de Talence, étaient
exposés des tableaux de « nours ». Frédéric Renoux, jeune virtuose de 14 ans (venu du Liban) a donné un récital de piano.
Pour accompagner ces exposition/installation et peinture j’avais organisé, dans les deux villes, des conférences/débat sur les 
dangers de l’Internet en présence des intervenants suivants :
- Madame Chantal  Vidal, représentante à Bordeaux du Défenseur des Enfants
- Maître Stéphane Ambry, Avocat pour Enfants au Barreau de Bordeaux et fondateur du CRIC
(Centre de Recherches, d’Information et de Consultation sur les Droits de l’Enfant; Barreau de Bordeaux)
- Homayra Sellier, Présidente de l’association Innocence en Danger et auteur de « Enquête sur une société qui consomme des
enfants » - Chantal d’Aboville, actuellement Directrice Générale de l’association Action Innocence
- Serge Garde, journaliste auteur avec Laurence Beneux de « Le livre de la Honte. »
- Madame Marie Agnès Credoz alors Présidente de la Cour d'Assises du Doubs
- L’association Enfance et Partage
- L’association Planète Enfants
- L’association Aftergate (informatique)
« Garde toujours dans la main la main de l’enfant que tu as été » écrivait Miguel de Cervantes ; cette main là, je ne suis pas prête 
de la lâcher et c’est pourquoi je vous demande d’apporter à mon installation pédagogique le soutien qu’elle mérite , de l’inviter dans
votre ville, comme dans toutes les villes de France ;
que tous les enfants de ce pays finissent ENFIN par les refuser ces fichus « bonbons » offerts « siiigentimmmman » par tous les salopards du monde !!

Zut alors! Si "putain", "con", "merde", "bordel"... sont des gromos, que dire de: "racisme" ,"tabassage" ,"viol" ,"enlèvement" ,
"vente", "torture", "mises à mort d'enfants"... ??
Si d’aventure, dans ce book, quelques tournures de phrases étaient trop loin des vôtres, souvenez-vous, je suis peintre, pas orateur
et puis… la maltraitance des enfants n'est pas un sujet de littérature !
Parce que je refuse d’imaginer que vous puissiez rester indifférent à cette proposition,
certaine que vous allez appréhender ce book le cœur grand ouvert.
Je vous remercie sincèrement
Et
Espère votre réponse avec un Hénaurme espoir.

Dominique Asteggiano

 


Rejoignez-nous sur Facebook:
"Et si la Protection de l'Enfance devenait Priorité en France !".

L'installation
Liens annexes

frise nours Asteggiano

Avant propos.

Retour Accueil Asteggiano.

Asteggiano Bio.


Intervew par Valérie Salva de Villanueva - Galerie Vekava - Paris

Conférence Club de la Presse - Paris.

Opuscule: "Internet, ce qu'il faudrait savoir."

Cartes - illustration de la Convention relative aux
Droits de l'Enfant.

C'est moi qui l'ai fait !

A moi "conte"... deux mots...

Enfants à l'expo.

Colère.

Re Colère.

Re re Colère.

Colère toujours.

Très grosse colère !

Critiques soutiens.

Liens divers

frise nours Asteggiano

"Maltraitance sexuelle", ça veut dire quoi ???
Lien vers Association Maryse Nozet


Textes officiels

frise nours Asteggiano



SOS
numéros d'Urgence
Gratuits 24/24 h.

frise nours Asteggiano

119 est un numéro gratuit


Non au harcèlement

Asteggiano et le nours
Contact Artiste : asteggiano@asteggiano.org

Site Artiste :
http://www.asteggiano.org


Contact Agent Paris  :
VEKAVA art contemporain
140, Avenue des Champs Elysées.
75008
 

Parce qu'au regard des média, nous sommes à l'heure où les sacs Machin, les ceintures Truc, les montres Chose... sont, sur cette planète, nettttemmman mieux protégés que n'importe quel enfant que l'on envoie joyeusement à une mort certaine dans une "valise diplomatique"!!!

L'INSTALLATION
Asteggiano - Installation: "Les Devoirs de Désobéissance."


"Le Droit de dire: "NON" à un adulte
Parce qu'il y a parfois des Devoirs de Désobéissance."

Affiche:Asteggiano - Installation: "Les Devoirs de Désobéissance."


Descriptif:

* Devant, à gauche, un gros nours : il donne les adresses S.O.S. : « 119 », le Défenseur des Enfants…
Simulation d’une pièce d’environ 7,50 M / 4,90 M. - Hauteur =1,95 M. (Hauteur totale : environ 3 M.)

* Sol = toile de jute

* Mur de gauche :
- Assis en haut du mur: un épouvantail portant un masque blanc. Il tend un bonbon à :
- 2 toiles :
Un nours qui tend la main vers le bonbon
Un nours pendu
- Des empreintes de pas d’un pédo-criminel en fuite.

* Mur du fond : ombres

* Mur de droite: « J’accuse » une multitude de masques blancs. Chacun porte une étiquette sur le front:
Un curé, un éducateur, un ami de papa, un grand-père, un papa, un tonton, un instit, un prof de gym, un ministre, un pédopsychiatre, un prof d’informatique... un juge avec un scotch rouge sur la bouche.

* Devant la « pièce », à droite un épouvantail portant un masque blanc et un grand imperméable d’exhibitionniste ; il présente une cagette dans laquelle, des « poupées » et des CD Rom remplacent les légumes « pour seulement » 20 000 $ / pièce.

* Au fond, dans le coin gauche: 3 enfants de chiffon devenus « inutiles » sont jetés à la poubelle.

* Sur le sol:
- Croquis de police
- Un tas de poupées en chiffon. De ce tas partent les ombres qui s’allongent sur le mur de gauche.
Des nours éparpillés.

* Au fond de la pièce, à droite : un lit-cage où l’enfant n’est plus.

* Au-dessus du lit se balance un mobile : poupée de chiffon de laquelle pendent des CD sur lesquels sont collés des articles de journaux et inscrites des statistiques à ne plus s’endormir.
Ex : « Opération Landmark. » (Novembre 2001)
60 000 photos pédo-merdiques
19 pays impliqués
30 forums pédo-salopards
9 arrestations.
Etc…

* En fond sonore, la chanson d’Enrico Macias: « Malheur à celui qui blesse un enfant. » accordée pour cette installation par la Maison de disques Trema / Paris.
Des comptines : « Promenons-nous dans les bois… »


Plan de mise en place - Asteggiano's installation

Le concept:

  " Les artistes sont aujourd’hui des passeurs. En recyclant des images, réelles ou fictionnelles, ce qu’ils proposent, ce ne sont plus des oeuvres, ni même des objets d’art, mais des processus, des propositions de situations à expérimenter en commun... La question devient alors comment ce monde nous est raconté, comment une histoire est racontée et comment on la reçoit.

Dans ce processus, le spectateur s’intègre à l’œuvre en s’efforçant de fabriquer lui-même une histoire située entre réalité et fiction où son déplacement lui sert d’outil pour lire le monde... "

Paul Ardenne
Pascal Beausse
Laurent Goumarre (Pratiques contemporaines
"L’art comme expérience. "

" J’aurai beau tricher et fermer les yeux de toutes mes forces… Il y aura toujours un chien perdu quelque part qui m’empêchera d’être heureuse. "
Jean Anouilh
(La Sauvage.)

Bizzarrrre, dans « Le Petit Robert. » de 1970, on peut noter l’absence du mot : « Pédophile » !!!???
En février 2001 , nous y trouvons : Pédophile : adj. et n.- fin XIXe ; de : pédo et philo.1. Qui ressent une attirance sexuelle pour les enfants.

Le Robert
Dictionnaire historique de la langue française.
Pédophile est est formé de deux élément du grec :

Pedo  : élément savant et emprunté au grec pais, paidos « enfant », par exemple dans pédophile n ; et adj. (fin XIXe s.), signifiant spécialement « (personne) qui ressent une attirance pour les enfants ». Le mot a pris v. 1990 des valeurs très négatives, la pédophilie n.f. (1968)pouvant entraîner abus sexuels, exploitation pornographique et même violence et assassinat sur la personne d’enfants, tous méfaits sans rapport avec la stricte définition du mot. L’emploi adj. A suivi la même évolution (réseau pédophile)
Phile . Qui représente le second élément philos ou philés, entre dans la construction de noms et d’adjectifs désignant l’amateur de ce qui désigne le premier élément (dans la langue commune) ou celui, ou ce qui présente une prédisposition à ce que désigne le premier élément… Dans la langue savante, -phile se montre particulièrement fécond en psychiatrie, en psychologie avec la nuance de « goût pervers pour »…

Dans l’émission « Ca me révolte. », début novembre 2001, ce vocable est condamné: « philo » voulant dire : amour, « Pédo-criminalité. » semble plus approprié.

Parce que je me place du côté des enfants, j’opte pour ce dernier terme de : « Pédo-criminalité ». Certes, les pédo « philes » aiment les enfants, mais, je ne suis pas psy, je n’ai pas le décodeur ; je refuse de comprendre cet amour, amour pervers, le pire qui soit, amour « à la croque au sel ».

MAIS

 Quels que soient les mots choisis, ils feront toujours mal. (Les mots, les maux !?!??)

Parce qu’un enfant a
le DROIT de dire : "NON" à un adulte,
parce qu’il y a parfois des DEVOIRS de désobéissance,

j’utiliserai :

L’art pour le dire

Le « regardeur » se trouve devant une pièce où, hormis le noir et l’ocre, les couleurs sont absentes. Les couleurs, c’est la vie et la vie semble avoir été bannie de ce microcosme. Seules quelques notes de rouge suggèrent la violence, violence physique ou morale. Nous sommes dans le monde des enfants qui ont subi des pédo-criminels : Bien sûr, ces derniers ne tuent pas toujours Bien sûr, leurs actes ou propos sont souvent édulcorés par la Justice ou les médias. Nous sommes devenus la civilisation de l’euphémisme, la civilisation « dégenconpeurdémots » alors, souvent je me demande si un « non-voyant » voit mieux qu’un aveugle, si une « tèkniciennedesurface » a moins de boulot qu’une femme de ménage, si un indivudu "privé de liberté" est plus heureux qu'un prisonnier … Un enfant  retrouvésanvidanzuntérinvague » est-il plus vivant qu’un enfant mort ?!?!!!!
Il n’en est pas moins vrai qu’un enfant qui a connu la pédo-criminologie restera marqué à tout jamais du sceau du « malvivre ». S’il lui en reste la force, il parle « douleur ». Si on l’écoute, on le croit… enfin… peut-être ! Pourtant, le plus souvent, on lui répond « article N°/x » de notre petit livre rouge, « Lecodepénal » !!?!?

Au nom de quoi a-t-on le droit de piétiner cette confiance ?????? Serions-nous, en plus, en train de devenir la civilisation qui, tel « Saturne dévorant ses enfants. » (Eau forte de Goya) ou le Minotaure du « Guernica. » de Picasso anéantit son futur sans aucune hésitation ?

Dans cette pièce, tout est « politiquement correct », il n’y a ni mot, ni visage, ni nom. Tout est suggéré et, puisqu’ « il n’y a qu’à ! », le « regardeur » donnera sa propre interprétation.

Le déni de mémoire n’est jamais bon. Faut-il toujours refaire les mêmes erreurs ?

Asteggiano - Installation: "Les Devoirs de Désobéissance." Asteggiano - Installation: "Les Devoirs de Désobéissance."
Asteggiano - Installation: "Les Devoirs de Désobéissance."
 
Asteggiano - Installation: "Les Devoirs de Désobéissance."
Asteggiano - Installation: "Les Devoirs de Désobéissance."
 
Asteggiano - Installation: "Les Devoirs de Désobéissance."
Les travaux réalisés par les enfants pour l'installation
Clic pour voir.

(Acrylique sur toile: 50 / 50 Cm.)
Asteggiano - Installation: "Les Devoirs de Désobéissance."

Zut alors! Si "putain", "con", "merde", "bordel" ... sont des gromos, que dire de: "racisme", "tabassage", "viol", "enlèvement", "vente", "torture", "mises à mort d'enfants"... ??

"Quand les hommes vivront d’amour
Il n’y aura plus de misère
Les soldats seront troubadours
MAIS nous… nous serons morts mon frère."

************

Asteggiano - Installation: "Les Devoirs de Désobéissance."
Asteggiano Copyright

Ayer soñé que veía a Dios
y que a Dios hablaba;
y soñé que Dios me oía...
Después soñé que soñaba.
Antonio Machado - Proverbios y Cantares

(Hier, j'ai rêvé que je rencontrais Dieu et que je lui parlais et je rêvais que Dieu me parlait...
puis, j'ai rêvé que je rêvais )

   
eXTReMe Tracker